PHANTASY STAR ONLINE 2 THE ANIMATION – Pour les connaisseurs uniquement ?

Avant-propos : Phantasy Star Online 2, le MMORPG, a une histoire séparée en plusieurs épisodes. Mais pour éviter la confusion avec les épisodes de l’anime, je parlerais de chapitres pour le jeu, et d’épisodes pour l’anime.


Sous son titre barbare, Phantasy Star Online 2 The Animation peut prêter à confusion. Malgré l’utilisation de “The Animation” que l’on associe surtout aux adaptations, PSO2TA est bien une histoire originale qui s’inscrit dans le canon narratif du jeu.
Quand j’avais fait le scénario de PSO2, j’étais passé complètement à côté de ce dernier. Sans trop de surprise, le jeu ne te dit pas qu’il “faut” regarder un anime avant de commencer le chapitre 4. Les événements de ce dernier sont mineurs dans le scénario, mais ne pas les avoir en connaissance a quand même provoqué chez moi quelques incompréhensions dans les moments où ces derniers sont réabordés.
Ça a été un peu bizarre sur le coup de regarder l’anime après avoir terminé le scénario du jeu mais c’était loin d’être désagréable. C’est plutôt satisfaisant d’être éclairci sur les trucs que je pigeais qu’à moitié dans le jeu. J’étais d’autant plus attentif sur les choses de l’anime qui servent à préparer le terrain du chapitre 4. Hitsugi, Kohri et Enga ont par exemple une petite apparition.

Mais malgré ces occurrences, PSO2TA reste surtout maître de sa propre histoire avec ses personnages et ses histoires originaux. C’est peut-être pour ça que “The Animation” a été choisi pour le titre de l’anime ; dans le sens où PSO2TA peut être compris sans pour autant avoir joué au jeu. Néanmoins, j’omets des doutes sur l’appréciation que l’on peut en tirer lorsqu’on ne connaît pas PSO2. Car s’il y a des trucs qui fonctionnent dans l’anime, d’autres marchent beaucoup moins.
La première séquence de l’anime dépeint à elle seule la plupart des choses qui risquent de poser problème :
Cette dernière présente un flashforward d’une séquence où des protagonistes inconnus affrontent des falspawn. L’animation y est… plutôt moyenne, en plus d’user d’une 3D parfois malvenu. Mais le plus problématique reste le fait que cette séquence trouve son sens sur un point de l’intrigue qui arrive bien trop tard.
De manière similaire au début du chapitre 4, les protagonistes principaux de PSO2TA croient que le monde de Phantasy Star Online 2 n’est rien de plus qu’un jeu vidéo. Ce n’est que dans les derniers épisodes qu’ils apprennent que PSO2 est en fait un support qui matérialise un avatar dans un monde bien réel. Or, je trouve que l’anime pose trop cette révélation comme le véritable début de l’histoire. C’est assez frustrant. Cela a le don de placer les événements précédents comme une simple grosse introduction. Ce que je trouve dommage puisque c’est dans ces derniers que réside pour moi tout l’intérêt de l’anime.
En-dehors de sa fin qui raccroche les wagons avec le jeu, PSO2TA, c’est surtout une tranche de vie de gens qui jouent à PSO2.
Les histoires de ces épisodes ne cassent pas trois pattes à un canard, les personnages non plus d’ailleurs, mais je les ai trouvés d’une grande efficacité par mon bagage de joueur sur PSO2. C’est énormément référencé et ce que l’on voit du jeu est vraiment fidèle. C’est ce qui m’amène justement à penser que sans ce bagage-là, c’est un anime qui doit paraître bien fade.
Le chapitre 4 le peignait déjà bien, mais c’est assez fascinant comment le lore dépeint une Terre alternative où PSO2, c’est genre LE phénomène. Tu cherches à rentrer en contact avec ton pote ? T’inquiète, envois-lui un mp sur PSO2 avec ta PS VITA, c’est le moyen le plus rapide ! Tu veux devenir sociable ? PSO2 est LA solution. Nan mais réellement, toutes les rues de cet anime dépeignent un monde où PSO2 et Sega sont au centre de tout. Ça a le mérite d’être très rigolo à suivre, surtout lorsqu’on est fan de Sega. Ça pue le fantasme à plein nez, mais ça a le mérite d’être très rigolo à suivre. Dans la vraie vie, Sega, c’est plus trop ça, et Sonic, c’est un gros naze. Même si encore une fois, ça demande un petit bagage au préalable pour apprécier au maximum la chose. 

Je pense que l’adaptation animée, Phantasy Star Online 2: Episode Oracle, qui a été faite plusieurs années après cet anime est plus sujette à intéresser des gens qui ne connaissent pas du tout le jeu. Cette dernière est moins intéressante, puisque c’est une adaptation des trois premiers chapitres du jeu, mais elle a le mérite de nous faire suivre une histoire qui ne demande pas des connaissances au préalable pour être pleinement apprécié.
Cela doit être bizarre de regarder Episode Oracle après avoir vu PSO2TA. Me connaissant, si j’avais voulu m’intéresser aux animes de PSO2 sans toucher au jeu, j’aurais nécessairement commencé par le premier anime sorti. Aurais-je apprécié au point de vouloir voir l’autre anime ? Je ne suis pas sûr. Et si j’avais continué, saurais-je tombé dans une situation similaire à mon visionnage de PSO2TA ? Peut-être.

Mais ce qui est le plus important à retenir, c’est que dans tous les cas, on fait la rencontre de Matoi, et ça, c’est le plus important.

Sachez qu’il est IMPOSSIBLE de résister à son charme. C’est une waifu S-Rank.
Ici, elle est illustrée par Tony Taka.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.